Applied Statistics for Development in Africa, SADA 2016

Home / sections / Training Programs / Statistics Applied to living species

Statistics Applied to living species

Published in : Training Programs

Master’s programme

Tous les pays, quel que soit leur niveau de développement, ont besoin de systèmes de recueil et de traitement des données et de l’information efficaces et fiables, ceci dans tous les domaines d’activités et non pas seulement dans les secteurs économiques et sociaux. Ces systèmes sont nécessaires aussi bien à l’échelle d´un pays qu’à des échelles plus restreintes (études en épidémiologie) voire locales (qualité d’une production, débit d’un fleuve, hydrologie, etc.). Qui dit statistique dit aussi prévision et estimation des risques et par la même pose le problème des bases de l’action politique dans tous les sens du terme.

Les statistiques en Afrique présentent des caractéristiques particulières. A ce jour, schématiquement, seule une partie des tâches concernant la statistique liée à l’administration de l’Etat est traitée. Des problèmes importants et variés, par exemple ceux qui touchent à la santé publique, la médecine ou les transports, sont traités la plupart du temps par des experts venus du Nord.

Les progrès considérables de l’outil statistique depuis 20 ans sont dus en premier lieu à la puissance des ordinateurs et à l’abaissement de leur coût, au développement de logiciels très performants, à l’évolution des mathématiques dans le domaine stochastique et dans la conceptualisation de l’information. Ces progrès ne sont pas assez exploités sur le continent par manque patent d’universitaires et de chercheurs africains bien formés en statistique et capables d’aborder les applications.

L’existence d’une demande locale en expertise et compétence dans le domaine de la statistique est donc effective et on doit tenir compte des conditions particulières suivantes:

  • De bons étudiants ayant effectué avec succès quatre années d’études en mathématiques fondamentales sont souvent sans débouchés correspondants à leur qualification. Or le développement d’applications comme l’épidémiologie, la statistique médicale, labiométrie est urgent pour le Bénin et les pays de la sous-région ; en effet:
  • Le problème de la spécialité « Santé publique » est préoccupant. Il est difficile de concevoir une politique dans ce domaine, d’élaborer des modèles de prévision faute de statistiques fiables et utilisables en économie de la santé et en épidémiologie.
  • Etant donnés les besoins immenses de la médecine clinique, il est difficile de former dans le même temps un nombre suffisant de médecins spécialisés dans le domaine de la santé publique. Leur seule perspective professionnelle identifiée étant l’enseignement secondaire, cette situation est vécue comme une fatalité qui diminue l’attractivité des études de mathématiques.
  • On peut remédier à cette situation comme dans les pays anglophones en orientant des mathématiciens vers la statistique et ses divers domaines d’application dont la statistique médicale et l’épidémiologie.
  • La demande mondiale en statisticiens de haut niveau est forte et il existe une difficulté certaine à fixer les statisticiens béninois et africains en général dans leur pays, les conditions locales n’étant pas suffisamment attractives pour eux. Cette risque s’accroit lorsque ces cadres de haut niveau sont formés dans les pays du nord. Il est donc nécessaire de donner la possibilité et l’envie à tous ces cadres de rester dans leur pays. La réponse à cette préoccupation se trouve dans le caractère appliqué et de haut niveau de la formation donnée. Elle va permettre aux titulaires de ces Masters et doctorats d’être déjà impliqués dans le cours de leurs études à la résolution des problèmes auxquels le Bénin et les pays de la sous-région sont confrontés. Ils auront par conséquent une idée plus précises des perspectives professionnelles qui s’offrent à eux, des responsabilités variées auxquelles ils pourraient prétendre et ainsi que des conditions matérielles.
  • Pour ceux qui auront préparé une thèse, le haut niveau de la formation doctorale leur permettra d’assumer leur rôle dans l’enseignement supérieur de leur pays sans se couper de la communauté savante internationale. Il est facile à un statisticien bien formé de passer d’un domaine d’application à un autre, d’une activité de service ou d’ingénierie à une activité de conseil et l’exemple médical s’étend dès lors à toute l’activité économique et sociale.
  • Enfin, la statistique est inséparable de l’usage raisonné de l’ordinateur, en particulier pour la constitution et le traitement des bases de données, ceci est aussi un moyen d’insertion professionnelle.

Objectifs de formation

La mise en place de cette formation de Master en Statistique Mathématique avec Applications au domaine du vivant a pour objectif non seulement d’ouvrir le marché du travail de Bénin pour un nombre significatif d’étudiants béninois formés en mathématiques et spécialisés en statistique mais également de conduire au doctorat en statistique des étudiants béninois et africains désireux de s’engager dans leur pays dans une carrière de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Le projet d’une formation de haut niveau de mathématiciens spécialisés en statistique avec applications au domaine du vivant se justifie également par le fait l’existence au Bénin et généralement en Afrique francophone d’un important déficit d’universitaires et de chercheurs formés en statistique mathématique. Ce déficit est à opposer au nombre de mathématiciens formés en mathématiques dites « pures » et par la même peu liés à des problématiques locales autres que l’enseignement de la discipline. Cette formation permettra donc de former des scientifiques capables d’assurer une relève de qualité et des cadres de conception pour les différents secteurs d’activité de développement durable. Les objectifs du programme sont donc les suivants :

  • Former des spécialistes de haut niveau en traitement et en analyse des données par des méthodes statistiques dans tous les domaines de l’activité socio-économique. Une attention particulière sera accordée aux applications relevant du domaine du vivant (médecine, agriculture, biologie, etc.) et de l’environnement.
  • Les étudiants en mathématiques titulaires de ce Master ont vocation à prétendre aux emplois dans les secteurs où le traitement et l’analyse des données est une nécessité dans le processus de prise de décision pour le développement et/ou d’accès à la connaissance. Ceux, parmi ces étudiants, qui auront démontré les aptitudes requises pourront être admis à préparer un doctorat sur des sujets en adéquation avec les problématiques locales de développement durable pour leur permettre de prétendre à une position de chercheur ou d’enseignant-chercheur au Bénin.
  • Le projet aura pour conséquence de renforcer le Département de Mathématiques par le domaine des mathématiques de l’aléatoire et l’informatique associée. On veillera donc à utiliser les ressources locales en enseignants-chercheurs et chercheurs spécialisés en probabilités, statistique et biométrie, en les appuyant par des ressources extérieures à l’UAC.
  • Le projet contribuera à renforcer la coopération interuniversitaire sous-régionale en créant une synergie entre les compétences disponibles localement et celles disponibles au plan sous-régional. Ainsi il contribuera à l’appui du Département de mathématiques de l’UAC en premier lieu par les compétences disponibles au plan sous-régional tant en ce qui concerne la recherche que l’enseignement des méthodes stochastiques.

Les enseignements

  • Bases de données et compléments en informatique
  • Modèles paramétriques de régression
  • Traitement des séries chronologiques
  • Recueil planifié des données: plans d’expérience et d’échantillonnage
  • Processus aléatoires
  • Introduction à la statistique bayésienne
  • Modèles et méthodes de statistique non paramétriques
  • Méthodes statistiques de Datamining
  • Analyse des données de survie
  • Epidémiologie et santé publique
  • Méthodes Statistique en assurance dommage

Diplôme(s) préparés

La formation est sanctionnée par un diplôme de Master 2 en Statistique Appliquée au Vivant

Conditions d’admission

La formation accueille les meilleurs étudiants titulaires d’un Master 1 en Statistique ou des candidats titulaires de tout autre diplôme équivalent.

Durée et structuration par diplôme

Le Master 2 en Statistique Appliquée au Vivant dure un (1) an après le Master1 ou tout autre diplôme équivalent ;

Système d’évaluation

Chaque crédit donne lieu à un (01) examen au moins, dont un écrit en salle obligatoire. Les modalités des examens sont arrêtées de commun accord par l’enseignant et le Secrétariat Général des Etudes et Programmes (SGEP) au début des activités pédagogiques.

Conditions d’obtention de diplôme et de mention(s)

A l’issue du stage professionnel (en entreprise ou auprès d’un organisme) ou d’initiation à la recherche, le rapport de stage ou le mémoire préparé par l’étudiant est présenté en soutenance publique devant un jury dûment mandaté.

La moyenne de la note de soutenance et de la moyenne des notes obtenues à l’écrit, constitue la note du Mater of Science (Diplôme d’Etudes Approfondies).

Le candidat est déclaré admis par le Président du jury avec la mention PASSABLE, ASSEZ BIEN, BIEN ou TRES BIEN selon que la note est égale ou supérieure à 10/20, 12/20, 14/20 ou 16/20.

Toutes les formations à la Chaire UNESCO en Physique Mathématique et Applications (CIPMA-Chaire UNESCO) sont sanctionnées par des diplômes établis en Anglais et en Français.

Dossier de candidature

L’admission dans la formation se fait sur étude de dossier par un jury international. Les frais d’étude de dossier sont de vingt mille (20 000) FCFA pour le Master 2.

Le dossier de candidature comprend :

  • Une fiche de renseignements à prendre au secrétariat de la CIPMA – Chaire UNESCO ;
  • Une demande manuscrite ;
  • Une copie certifiée du (ou) des diplôme(s) ;
  • Un curriculum vitae ;
  • Deux lettres de recommandation ;
  • Deux enveloppes timbrées à l’adresse du candidat; Frais d’étude de dossier.

N.B. Une fois le candidat retenu, il doit s’acquitter des frais d’inscription à l’Université d’Abomey Calavi. Les frais de formation pour les étudiants non boursiers s’élèvent à 700 000 FCFA /Etudiant

ICMPA-UNESCO Chair - 072 BP 50 Cotonou, Rep. Benin - Fax: +229-21 38 61 27 - Tel.: +229-21 38 61 28/27 - E-mail: cipma_secretariat@cipma.net Copyright CIPMA BENIN 2014 Webmaster: OKEY Toussaint - Email : okeytoussaint@gmail.com